home

Consulting et architecture interactive

Outils

Le tri de cartes

Utilisé en architecture de l’information pour définir l’organisation et les libellés d’un site avec des groupes d’utilisateurs, le tri de cartes est une technique performante et relativement simple à mettre en œuvre.

Définition

Le tri de cartes permet de découvrir la façon dont des utilisateurs regroupent des concepts, en leur demandant de trier et de grouper des cartes sur lesquelles sont inscrites des informations décrivant des contenus. Cette technique est fréquemment utilisée dans la conception d’arborescence de sites Internet ou Intranet.

Objectif

Recueillir des informations concernant les représentations mentales que les utilisateurs ont d’un système ou de certaines de ces caractéristiques, afin de définir ou de valider l’arborescence générale d’un site en terme d’homogénéité et de cohérence.

Le tri de cartes permet de définir :

  • le regroupement des informations selon la logique utilisateur (qui peut différer de celle du concepteur),
  • la dénomination des rubriques ou regroupements d’information selon la terminologie utilisateurs.

Phases du projet

Conception : récupérer les informations concernant les représentations mentales pour que le système les intègre dès le début de sa conception.

Développement : lorsque des questions se posent sur les intitulés de certains liens, l’organisation de certaines rubriques / fonctionnalités, etc. (des tests comparatifs entre plusieurs alternatives sont alors possibles)

Évaluation : aide complémentaire à une évaluation telle que les tests utilisateurs, dans le processus d’identification des problèmes d’ergonomie (en vue d’une modification du système).

Problématique/Situation/ contexte

Le tri de cartes peut être utilisé chaque fois qu’il s’agit de concevoir ou d’améliorer une structure et/ou une terminologie. Il est très utile notamment dans la conception d’Intranets et de sites web présentant un contenu riche.

Principe/description

L’évaluateur rédige chaque item de contenu (titre, description…) sur une petite fiche et demande à un groupe d’utilisateurs (5 en moyenne) de trier ces cartes par paquets, et d’attribuer une définition et/ou un nom à chaque paquet. Lorsque l’activité est menée avec plusieurs groupes, les différents résultats sont combinés et si nécessaire, analysés statistiquement.

Contraintes et conditions préalables

Cette technique est intéressante en complément d’autres activités comme l’analyse des besoins en information ou l’analyse de la tâche. Il est impératif d’avoir effectué une analyse du contenu existant (pour un site existant) ou la liste détaillée du contenu (pour un nouveau site) avant de conduire le tri de Carte. Comme dans toute technique ergonomique, il est essentiel que les profils des utilisateurs choisis pour l’activité soient représentatifs de la population cible.

Avantages, inconvénients

Cette technique présente l’avantage d’être relativement rapide et bien adaptée au processus de conception en permettant de trouver rapidement une bonne structure pour le site. Elle s’avère également souple en autorisant aisément des révisions de la structure du site (mémorisation des difficultés rencontrées). Enfin elle permet d’impliquer des utilisateurs en phase de conception, ce qui est particulièrement pertinent en particulier pour les Intranets.

En revanche, le tri de cartes est une technique de conception, mais n’est pas, en soi, une technique d’évaluation. Ainsi, elle peut aider pour le re-design d’un site ou pour approfondir l’analyse d’un problème particulier déjà détecté, mais elle ne permet pas de découvrir ce qui pose problème avec le site actuel.

Protocole

Préparation : l’évaluateur liste l’ensemble des intitulés qu’il souhaite organiser, et crée une carte par sujet.

Consigne : l’évaluateur explique aux participants l’objectif de l’activité, en leur donnant généralement la possibilité de renommer, ou de créer de nouveaux items s’ils le souhaitent. Ils devront également attribuer à chaque groupe de cartes un nom clair, voire une définition.

Réalisation du tri :

En passation collective : le but est d’aboutir à une solution qui soit le meilleur compromis entre les visions des choses des différents participants. L’évaluateur n’intervient pas dans leur travail, il se contente d’animer le groupe et d’enregistrer les résultats. Il favorise la méthode de la « pensée à voix haute », en demandant notamment aux participants de justifier leurs choix et en notant les divergences et convergences (ces informations seront importantes lorsqu’il faudra revenir sur des choix lors de la conception proprement dite du site).

En passation individuelle : Le but est d’obtenir la catégorisation des contenus la plus naturelle possible pour chaque utilisateur (sans nécessité d’arriver à un compromis). Le principe est identique à la passation collective.

Analyse des résultats :

L’évaluateur a à sa disposition les groupements, mais également les données de verbalisation qui lui seront très utiles dans la suite de la conception (le tri de cartes permettant rarement de déboucher sur une structure complète et définitive). Si la séance a été filmée, il peut également visionner certains passages, en particulier sur les hésitations et changements d’avis du groupe qui constituent autant de données très utiles. Lorsque l’activité a eu lieu avec plusieurs groupes, il peut être utile d’avoir recours à des logiciels de traitement statistiques.

A noter qu’il est également possible de pratiquer du tri de cartes à distance, grâce à des logiciels dédiés.

Au-delà de la création d’une arborescence, le tri de cartes permettra à l’évaluateur, selon les cas :

  • D’obtenir des données sur la façon de créer des sous-catégories à partir des catégories traitées
  • De définir des modes d’accès alternatifs, en particulier lorsque des stratégies de regroupement différentes émergent clairement
  • De concevoir des contenus nouveaux ou complémentaires

Le tri de cartes présente de nombreux atouts : c’est une technique “ludique” permettant d’impliquer des utilisateurs assez tôt dans la conception, sans nécessiter de grands moyens matériels. L’efficacité de cette technique dépend cependant de l’expertise de l’évaluateur : celui-ci doit rester absolument neutre et doit pouvoir exploiter finement les résultats. Nous avons pour notre part largement utilisé cette technique, en particulier pour les projets Intranet.

Haut de page